extrait de "la vision des andes"

Publié le par akasha

Vivre les coincidences


Des coïncidences significatives sont susceptibles de se produire à tout moment. Notre journée s'écoule tranquillement et, tout à coup, apparamment sans avertissement, un évènement attire par hasad notre attention. Par exemple, nous nous souvenons d'un vieil ami auquel nous n'avions pas pensé depuis des années ; puis, nous l'oublions complètement, et , le lendemain, nous tombons sur lui dans la rue. Ou bien, nous sommes intéressés par une personne qui travaille dans la même entreprise que nous, et nous la retrouvons assise dans le même restaurant le jour suivant, à l'autre bout de la salle.

Les coïncidences nous signalent l'arrivée opportune d'informations que nous désirions obtenir mais ne savions pas comment ; ou la prise de conscience soudaine d'un hobby ou un intérêt passés nous ont préparés à saisir une nouvelle occasion ou à trouver un nouveau travail. Quels que soient les détails d'une coïncidence particulière, nous sentons qu'il est improbable qu'elle soit seulement l'éffet de la chance ou du hasard. Quand une coïncidence capte notre attention, nous sommes intimidés par cet évènement, même si cette appréhension ne dure que quelques instants. A un certain niveau, nous sentons que tel évènement était prévu, qu'il devait se produire juste quand il s'est produit pour orienter notre vie dans une direction nouvelle, et qu'il nous inspirera davantage.

Le psychologue suisse Carl Jung fut le premier penseur moderne à tenter de définir ce phénomène mystérieux ? Il inventa le terme de synchronicité pour désigner la perception de coïncidences significatives. Il s'agissait pour lui d'un principe acausal, d'une loi qui pousse les êtres humains vers une plus grande conscience.

Jung observa un excellent exemple de synchronicité au cours d'une de ses scéances thérapeutiques. Sa patiente était une femme très comme il faut et son comportement obsessionnel lui posait beaucoup de problème. Jung était en train d'analyser ses rêves, dans l'espoir de l'aider à entrer en contact avec le côté léger, ludique et intuitif de sa nature. Ses rêves les plus récents incluaient une interaction avec un scarabée, mais elle refusait catégoriquement d'essayer d'interpréter son rêve. Juste à ce moment, Jung entendit un étrange tapotement contre la vitre et, quand il ouvrit les rideaux, un scarabée se tenait de l'autre côté de la fenêtre, un insecte plutôt rare dans cette région. L'épisode inspira tellement la femme que, selon Jung, elle fit par la suite de grands progrès dans le traitement de ses problèmes.

Si vous procédez au bilan de votre vie, il vous sera difficile d'ignorer les schémas de synchronicité à l'oeuvre dans les évènements qui ont contribué à vous faire choisir votre métier actuel, rencontrer votre compagnon (compagne), ou constituer le réseau d'amis et alliances sur lequel vous comptez. Il est beaucoup plus difficile de percevoir de tels évènements dans le présent, au moment où ils se produisent.

Nous devons dépasser le conditionnement culturel qui nous pousse à réduire sa vie à des évènements ordinaires. La plupart d'entre nous ont appris à vivre en tenant seulement compte de leur égo, à se réveiller le matin et à penser :"je doit maîtriser complètement le déroulement de cette journée". Nous créons dans notre tête des listes inflexibles de projets que nous avons l'intention d'accomplir, et nous poursuivons ces objectifs avec des oeuillères. Cependant le mystère est toujours là, il danse autour des marges de notre vie, en donnant de brefs aperçus de changements possibles. Nous devons décider de ralentir et de déplacer notre attention, de tirer parti des occasions qui s'offriront à nous.

Extrait "la vision des andes" de James Redfield

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

UN chouka 08/02/2008 09:40

Bonjour Akasha;-)
Létal ,de mon point de vue,veut dire mortel,tanatogène.Comme cèrtains déshèrbants .
Pour ton travail indépendant,je ne saurais te conseiller, mais il y a une vingtaine d'années, j'etais artisan (entreprise indépendante )qui gagnait bien.
J'ai désormais le sentiment qu'il m'aurait falut faire le mort tout le temps, et ne déclarer que ce qui etait indispensable,car les charges,les assurances, les impots surtout me raflaient tout :-(
J'ai donc arrété mon activité indépendante apres environ deux ans pour redevenir salarié tranquile .
Toutefois, j'ai gardé mon matos pour mes "loisirs" pèrsonnels :-D
Je vois des commèrces qui n'ont pas de clients ,tenir contre vents et marées.Sont ce des couvèrtures qui cachent une autre activité ?
Ainsi je crois plutot, que que les indépendants,comme les salariés, sont des vaches a lait ,d'autant qu'aujourd'hui ,il me semble que ceux qui cotisent, le font peut etre a fonds pèrdus ou a peut prés, ce qui est un risque qui pénalise ,et entrave grandement la réusite de ceux qui veulent faire quelque chose .
Ceux qui font du blé, sont ceux qui ont des commèrces non déclarés soutenus peut etre par les lois et de "gros bonnets intèrnationeaux" :-s
Aurevoir Akasha ;-)

akasha 08/02/2008 09:46

entièrement d'accord avec toi, surtout au niveau de la gestion d'entreprise ;-)

UN chouka 07/02/2008 14:28

Bonjour Akasha.
Pour répondre a ta suggèstion:
Pourquoi tant de retenues aussi longtemps?
La dépendance matèrielle(travail ) est un boullet énorme?
S'en afranchir libère l'èsclave qui n' plus besoin de courber l'échine ,il est libre ?
Maintenant, je vol librement et déculpabilises de mon mieux ,ceux qui subissent la meme géole ,tout simplement :-)
Quelle projèction y vois tu ?
De la vangeance a coup sûr contre la société bien pensante!
Tu vas reconaitre que le net est une arme non létale, qui tue bien mieux que toutes les bombes ?
Bonne journée a toi ;-)

akasha 07/02/2008 21:57

Je suis d'accord avec toi s'affranchir de la dépendance matérielle libère, il faut éviter de consommer les besoins que nous créer les industriels, les publicistes car c'est souvent des produits superflus. Par rapport au travail, je cherche mais je trouve pas le moyen légal d'y échapper, je me suis déclarée travailleur indépendant et pour l'instant, je suis libre mais cette liberté est illusoire je le sais parfaitement car l'année prochaine lorsque je ne bénéficierai plus d'exonération de charge, je vais déchanter, pour le moment je profite de pouvoir choisir mon rythme de travail, et c'est le pied.létale ? excuse moi je ne l'ai pas trouvé dans le dico merdique que je possède (édition poche 1981) Bonne soirée

UN chouka 06/02/2008 14:51

tu as tout a fait raison Akasha, mais , je n'ai pas le temps maintenant.A+

UN chouka 06/02/2008 14:07

j'ai oublié de réponde a propos "de ma dureté".
Je penses qu'a mon humble avis,les gents sont au fond comme ça, s'ils sont poussés dans leurs dèrniers retranchement :->

akasha 06/02/2008 14:40

oui je suis assez d'accord, les gens deviennent durs pour se préserver finalement car peut être il leur était impossible de dire non avant d'en arriver à leurs derniers retranchements. C'est dommage quand même car ils ne s'épargnent pas du stress en agissant de la sorte, après il y a sûrement des raisons qui expliquent cet agissement.

UN chouka 06/02/2008 14:05

Je ne suis pas a ta place en effet;-)
"Que la plante de tes piéds te pardonnent "
En gros, ça veut dire quoi ne langage populaire ? :-(

akasha 06/02/2008 14:36

"que la plante de tes pieds te portent" (pas te pardonnent)ça veut simplement dire que tu avances vers ton futur sereinement, c'est un dicton égyptien qui était employé du temps des pharaons en fin de courier, c'est un peu comme une formule de politesse "cordialement" par exemple. J'aime bien cette petite citation car on ne projette rien sur celui à qui on la remet, juste que la personne aille vers sa destinée.